Ressources

Les moyens du développement durable dans le cadre individuel

En vertu du principe "penser global, agir local", quels sont les gestes que nous pouvons avoir localement afin de favoriser une économie et un mode de vie plus respectueux de l'environnement, permettant à tout le monde, dans le temps et dans l'espace, de profiter d'un certain niveau de vie ? Nous allons voir dans cet article un certain nombre d'actions à appliquer au quotidien, peu contraignantes, et qui souvent, à long terme ou à court terme, ne profitent pas seulement à l'ensemble de la societé ou de cercles plus réduits mais aussi directement à nous-même.

Électricité

- Favoriser la lumière naturelle (le Soleil) à la lumière artificielle. De manière générale, éviter d'utiliser l'énergie qu'on peut trouver ailleurs. On utilisera donc plutôt la lumière du Soleil également pour sécher son linge.

- Favoriser les ampoules basse consommation. Si elles coûtent souvent (mais pas tout le temps) un peu plus cher à l'achat et ne fourniront pas forcément la lumière que vous désirez dans le salon (mais il reste toujours l'alternative d'en placer plusieurs), vous verrez à long terme la différence.

- Éteindre les lumières en sortant d'une pièce.

- Éteindre les appareils complètement voire débrancher les prises des appareils inutilisés. Les appareils concernés sont principalement les téléviseurs et les ordinateurs, qu'on laisse souvent en veille pour s'épargner l'effort et le temps de la mise en marche. De même, j'évite de continuer à charger mes appareils mobiles lorsqu'ils sont déjà chargés au maximum. Non seulement cela participe à l'usure naturelle de la batterie, mais en plus cela consomme inutilement de l'énergie.

- Éloigner le congélateur et le réfrégirateur des sources de chaleur. Pour produire du froid, il faut de l'énergie, pour compenser la chaleur environnante ces appareils vont donc consommer plus d'énergie.

- Dégivrer régulièrement les appareils sus-mentionnés. Un congélateur (si votre réfrégirateur produit du givre, il serait temps de penser à diminuer sa production de froid) est moins efficace lorsque du givre s'installe sur les parois. En effet, le givre va bloquer le transfert thermique entre l'appareil et l'air à l'intérieur, et donc les aliments qui bénéficient de ce froid. Le congélateur mettra plus de temps à aboutir au même résultat qu'il aurait s'il ne contenait pas de givre, ou vous devrez augmenter sa puissance. Dans les deux cas, c'est une consommation d'énergie qui peut être évitée.

- Bien isoler son logement. Si des isolations dans les murs peuvent être coûteuses, cela vous fera économiser beaucoup d'énergie en chauffage à long terme. On peut, de manière beaucoup moins coûteuse, fermer les volets ou mettre des rideaux le soir pour conserver la chaleur acquise pendant la journée grâce au Soleil.

- Adapter la température en fonction des pièces. Vous n'avez peut-être pas besoin d'une chambre excessivement chauffée en hiver, étant donné que vous n'y serez très probablement que la nuit, et encore sous des couvertures. De même, il est peut-être inutile en été de raffraîchir une pièce que vous n'utiliserez que peu ou pas du tout. Une différence d'un ou deux degré selon les pièces, selon la surface de votre logement, peut résulter en une énorme économie d'énergie à moyen et long terme.

- Favoriser les appareils énergétiques classés "A". De nombreux pays ont des labels énergétiques qui permettent d'avoir une vue d'ensemble de la consommation de tel ou tel appareil. Le détail de la consommation est souvent disponible sur le produit ou sur votre demande à l'entreprise ou au magasin. Les appareils les plus économes sont classés "A", les moins économes sont classés jusque "G".

- Favoriser les énergies renouvelables. Si les modes de production des panneaux solaires peuvent être très polluants, si les sources d'énergie alternatives (eau, vent) peuvent être beaucoup moins rentables, en pensant à très long terme il est bon de songer à ces modes de production d'énergie, ne serait-ce que pour encourager les entreprises à développer de nouvelles énergies renouvelables et améliorer nos moyens actuels.

Consommation, déchets et recyclage

- Pratiquer le recyclage. Cela passe par une phase d'information (quoi trier avec quoi et dans quelle poubelle) et une application quotidienne. Si vous avez un terrain cultivable, c'est aussi l'occasion de produire du compost avec vos déchets organiques afin d'avoir un bon engrais pour un coût nul. Cela peut avoir un coût, notamment s'il faut se déplacer à la décharge, mais ce sera d'autant moins d'opérations de voirie à effectuer par votre communauté.

- Utiliser des cabas pour faire les courses. Le cabas est réutilisable, le sac plastique est beaucoup plus facilement jeté une fois utilisé. De plus, il vous coûtera moins cher à long terme de posséder un cabas plutôt que d'acheter un sac plastique à chaque fois. C'est aussi plus pratique, car si tous les cabas ne possèdent pas de roulettes, aucun sac plastique n'en possède.

- Favoriser les produits locaux. Cela implique d'aller au marché si possible à pied ou en vélo, voire même directement chez le producteur s'il n'est pas trop éloigné. Les circuits courts réduisent l'empreinte écologique (peu de déplacements motorisés voire pas du tout) en plus de participer à l'économie locale. Cela présente aussi l'avantage de connaître les normes de production, car tous les pays n'ont pas les mêmes et certains pays exportateurs ont des pratiques de production qui ne sont pas acceptables selon les moeurs et les exigences de notre société (on pense au travail des enfants, à l'expropriation des possesseurs de terres agricoles, aux normes de pollution etc. acheter ces produits ne revient pas à soutenir ces pratiques, mais si vous vous sentez scandalisés par certaines pratiques mieux vaut vous renseigner avant d'acheter des produits venant de pays étrangers, même lorsque leur culture nous paraît proche de la nôtre).

- Faire attention à ce que l'on consomme. S'il est possible d'acquérir des produits réutilisables, il vaut mieux les favoriser à ceux dont l'utilisation est unique. De même, acheter des produits dont l'utilité peut être douteuse participe à l'empeinte écologique de notre société. Le lecteur est évidemment libre de ses achats, et on peut s'interroger sur la responsabilité morale que l'on a lors d'un achat et conclure que la responsabilité revient surtout à celui qui produit (ou non, la réponse est ouverte au niveau individuel), mais comme disait Coluche : "Quand on pense qu'il suffirait que les gens n'achètent pas pour que ça se vende plus".

Se déplacer

- Éviter les trajets individuels en véhicule motorisé. Favoriser les transports en commun, le covoiturage, les modes de déplacement non-polluant, l'autopartage etc. Si j'utilise mon véhicule personnel, je réduis au maximum sa consommation en conduisant de manière constante et en essayant d'anticiper mon trajet pour ne pas consommer inutilement de l'énergie, si un arrêt imposé est trop long j'éteins le moteur. À titre d'exemple, un bus rempli permet de retirer 40 véhicules remplis (et ils ne le sont généralement pas) de la circulation, ce qui permet d'économiser une quantité conséquente d'essence.

- Entretenir régulièrement son véhicule. Si l'entretien d'un vélo ne concerne que votre confort personnel et votre sécurité, l'entretien régulier de votre véhicule motorisé permet de faire des économies de carburant, et ainsi de réduire votre empreinte écologique. Et là aussi, votre confort, votre sécurité et celle d'autrui est aussi en jeu.

- Promouvoir ces types de déplacement. Un seul usager changeant radicalement son mode de déplacement est un bon point. Mais s'il le fait adopter à ses connaissances, qui le feront à leur tour, c'est toute une source de pollution énorme qui se retrouve considérablement amoindrie. La communication et le partage est un point central de l'idéologie que véhicule le développement durable.

- Favoriser les carburants écologiques. Si cela n'est pas possible pour tous les types de moteur, et si tout le monde ne veut pas nécessairement d'un véhicule électrique ou n'a pas les moyens d'en acquérir un, les usagers qui peuvent adopter d'autres types de sources d'énergies participent ainsi à la réduction de l'empreinte écologique. De plus, l'État français et de nombreuses concessions automobiles mettent en place des réductions ou des participations pour l'achat d'un véhicule à l'empreinte écologique moindre, qu'il fonctionne à l'électricité, aux carburants dits écologiques ou même à l'essence classique mais avec une meilleure consommation.

La liste de ces actions n'est pas exhaustive, mais la mise en place des quelques actions proposées, bien que nécessitant un changement de mode de vie, peuvent participer énormément à la réduction de la pollution. Vous trouverez ici un article dédié aux actions à mettre en place dans le cadre du nautisme.

voile jeudi11 sep 024-512x384
voile jeudi11 sep 019-512x384
porque club de voile 052-512x384
porque club de voile 051-384x512
porque club de voile 049-512x384
porque club de voile 043-512x384
photo lauren 184-512x384
club de voilestmandrier 044-512x384
club de voilestmandrier 006-384x512
club de voilestmandrier 004-512x384
20141120_151313-512x384
20141118_150448-384x512
20141009_143830-384x512

Novembre 2018
L Ma Me J V S D
29 30 31 1 2 3 4
5 6 7 8 9 10 11
12 13 14 15 16 17 18
19 20 21 22 23 24 25
26 27 28 29 30 1 2